GIULIO TOFFOLI
Ceder un peu
c’est capituler pour beaucoup